La Marine turque va recevoir un second porte-aéronefs, elle…

- Publicité -

L’année 2024 commence sur les chapeaux de roues pour la Marine Turque. Celle-ci vient, en effet, de se voir confirmer la construction d’un second porte-aéronefs, après le TCG Anadolu, à l’occasion d’une réunion du comité exécutif de l’industrie de défense turque, présidée par le président Erdogan lui-même, qui s’est tenue à Istanbul le 3 janvier.

Avec cette annonce, et celle de la construction de quatre nouvelles frégates de la classe Istanbul, de nouveaux navires de débarquement et de guerre des mines, la Marine turque sera proche de disposer d’une flotte de haute mer et d’une position dominante en mer Égée et en mer Noire, alors que l’industrie navale militaire turque arrivera à quelques encablures de l’autonomie stratégique.

Une version évoluée et renforcée du porte-aéronefs TCG Anadolu

C’était annoncé de longue date, c’est désormais confirmé. Le porte-aéronefs d’assaut TCG Anadolu, premier navire de ce type de la Marine turque, construit par les chantiers navals Tershanesi avec l’aide de l’Espagnol Navantia, et entré en service en 2023, aura donc un sister-ship.

- Publicité -
Marine turque TCG anadolu
Le TCG Anadolu doit mettre en œuvre des drones à voilure fixe Kizilelma. La manière dont les drones sont récupérés à bord du navire demeure obscure.

En effet, le comité exécutif de l’industrie de défense turc, a donné son aval pour la construction d’un second navire de ce type, qui sera proche de l’Anadolu, sans être toutefois identique. Le nouveau navire, qui sera probablement lui aussi construit avec le soutien de Navantia qui négociait le sujet avec Ankara depuis plusieurs mois, devra être, selon le communiqué turc, plus polyvalent et plus performant que le premier.

Des drones de combat, des hélicoptères et peut-être des chasseurs légers à bord des porte-aéronefs turcs

On peut supposer, considérant les développements évoqués ces derniers mois au sujet du TCG Trakya (Thrace), le nom de baptême annoncé pour ce second porte-aéronefs, que celui-ci sera nativement doté de brins d’arrêt pour mettre en œuvre, en plus des hélicoptères et des drones légers qui armeront l’Anadolu, des drones de combat lourds comme le Kizilelma ou des avions à voilure fixe, en particulier, l’avion d’entrainement et d’attaque Hürjet.

Il est aussi possible que le nouveau navire, dont il n’est fait référence que sous la désignation de porte-avions ou porte-aéronefs, ne sera pas doté, comme l’Anadolu, d’un radier pour agir comme un porte-hélicoptère d’assaut. Il serait ainsi pleinement orienté vers la fonction de porte-avions léger.

- Publicité -

On peut, enfin, être certain que la navalisation du chasseur TAI KAAN, du programme TFX, sera également considérée comme une alternative par l’Amirauté truque. Ce d’autant qu’avec ses deux turboréacteurs F110 délivrant chacun 110 Kn de poussée, l’appareil aura un excellent rapport poussée-poids, même à pleine charge, lui permettant sans le moindre doute d’employer un Skijump.

En revanche, comme en font aujourd’hui l’expérience des ingénieurs sud-coréens concernant la navalisation du KF-21 Boramae, il s’agit d’une transformation particulièrement difficile, surtout lorsque l’aéronef n’a pas été initialement conçu pour cela, qui s’est rarement concrétisée sur le plan opérationnel.

TAI Kaan
La Marine turque pourrait s’intéresser à une version navalisée du TAI Kaan, même si la navalisation d’un avion n’ayant pas été conçu pour cela ne donne que rarement des résultats probants.

On ne peut pas écarter, par ailleurs, la possibilité de voir Ankara se tourner vers une solution extérieure pour former la chasse embarquée de son porte-avions, aux États-Unis si les relations avec Washington se normalisaient, mais aussi en Russie et surtout en Chine qui, avec le futur J-35, remplacerait étonnamment bien les F-35B devant initialement armer ces navires.

- Publicité -

LOGO meta defense 70 Porte-avions | Actualités Défense | Constructions Navales militaires

Il reste 75 % de cet article à lire,
Abonnez-vous pour y accéder !

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 6,90 €.


Inscription à la Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles