Le chasseur furtif J-35 bientôt à bord de tous les porte-avions chinois ?

- Publicité -

Jusqu’à présent, une majorité de spécialistes estimaient que le nouveau chasseur furtif J-35, la version navale destinée à la Marine chinoise, était destiné à opérer à partir du porte-avions Fujian, premier navire chinois à mettre en œuvre une configuration CATOBAR, c’est-à-dire équipé de catapultes et brins d’arrêt, comme les porte-avions américains et français.

De nouveaux clichés du porte-avions Liaoning, semblent montrer une réalité toute autre. Alors qu’il termine une longue période d’indisponibilité technique, le premier porte-avions chinois, le Liaoning, entré en service en 2017 et dépourvu de catapultes, a accueilli à son bord, pendant quelques jours, une maquette grandeur nature du J-35, pour effectuer de nombreux exercices de mobilités sur le pont d’envol.

Le J-35, qui a effectué son premier vol en juillet 2021, devant prochainement commencer sa vie opérationnelle, il est désormais fort probable que l’appareil armera non seulement le porte-avions Fujian, et ses sister-ships à venir, mais également les deux premiers porte-avions chinois Liaoning et Shandong, équipés d’un Skijump, et non de catapultes.

- Publicité -

Le chasseur furtif J-35, un avion prometteur, mais encore mal connu

Dérivé de la seconde version du FC-31, le J-35 est encore très mystérieux pour les observateurs occidentaux, Pékin ayant sévèrement verrouillé les sources d’informations ouvertes qui existaient dans le pays, depuis quelques années.

chasseur furtif J-35
Bien que proche, dans son design, du F-35 américain, le J-35 est un appareil totalement nouveau, qui n’a que peu à voir avec l’avion américain.

Les données qui suivent, élaborées par certains spécialistes occidentaux reconnus, doivent donc être prises avec certaines réserves. Ainsi, l’appareil aurait des dimensions proches de celles du FC-31/2, avec une longueur de 17,3 m, une envergure de 11,5 m, et une masse à vide de 13,3 tonnes.

Il serait propulsé par deux turboréacteurs WS-13E ou WS-19 de facture chinoise, ce dernier développant 117 KN de poussée avec post-combustion, soit 12 tonnes, et une poussée sèche supérieure à six tonnes. Cette puissance lui permettrait d’avoir une masse maximale au décollage de 28 tonnes, contre 25 tonnes pour le FC-31, équipé de deux WS-13 limités à neuf tonnes avec post-combustion.

- Publicité -

L’appareil peut emporter jusqu’à 8 tonnes d’armement et de chargement externes, dont deux tonnes dans la soute ventrale qui peut recevoir, par exemple, 4 missiles air-air à très longue portée PL-21, ainsi que 6 points d’emport extérieurs.

Ce qui laisse supposer qu’il emporte plus de 6 tonnes de carburant interne, contre 4,7 tonnes, par exemple, pour le Rafale M français. Ceci explique le rayon d’action de combat estimé de l’appareil, de 650 nautiques, soit 1200 km, alors que rien n’indique qu’il puisse emporter de bidons extérieurs à ce jour.

FC-31
Le FC-31 est devenu le cheval de bataille de l’indsutrie aéronautique miltiaire chinoise, sur le marché de l’exportation

LOGO meta defense 70 Porte-avions | Actualités Défense | Construction aéronautique militaire

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

- Publicité -

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.


Inscription à la Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles