Leopard 2A-RC 3.0, EMBT… : Les chars intérimaires auront-ils la peau du programme MGCS ?

KNDS a annoncé qu’il présenterait plusieurs modèles de chars de génération intermédiaire, l’EMBT, le Leclerc Evolved et, surtout, le Leopard 2A-RC 3.0, dernière évolution du champion européen des exportations de chars de combat, à l’occasion du salon Eurosatory 2024, l’un des principaux événements mondiaux consacrés aux armements terrestres.

Les capacités inédites promises par ces nouveaux chars, comme par le KF-51 Panther de Rheinmetall et le M1E3 Abrams de l’américain GDLS, dessinent une profonde évolution du tank, vers un blindé plus léger, mieux protégé, plus mobile et interconnecté, faisant la synthèse des avancées technologiques réalisées ces 20 dernières années.

Se pose, toutefois, la question de la place de ces chars très prometteurs, dans un schéma d’équipement, en France et en Allemagne, censé viser l’arrivée des blindés du programme MGCS autour de 2040, et au sujet duquel Paris et Berlin, ainsi que leurs industriels respectifs, se sont récemment entendus, après cinq années d’hésitations, de tensions et de divergences plus ou moins assumées.

Les enseignements clés de la guerre en Ukraine, et les performances des chars occidentaux au combat

Considéré par de nombreuses armées occidentales comme proche de l’obsolescence, il n’y a de cela que quelques années, le char de combat a retrouvé, en quelques années seulement, les faveurs des états-majors, y compris en Europe, en particulier depuis le début de la guerre en Ukraine.

Char leopard 2A4 en Ukraine
Les chars occidentaux envoyés en Ukraine ont montré une plus grande capacité à protéger les équipages que les modèles soviétiques, mais ils sont souvent handicapés par leur masse élevée, leur consommation et leur maintenance complexe.

Ainsi, ces deux dernières années, les commandes de nouveaux chars lourds, signées ou annoncées par les armées européennes, dépassent de beaucoup l’ensemble des commandes passées, pour ce type de matériels, ces 30 dernières années.

Certains pays, comme la Pologne et la Roumanie, ont même pris la décision de doter leurs armées d’une très puissante flotte de chars, véhicules de combat d’infanterie et systèmes d’artillerie mobile, dans des formats oubliés depuis la fin de la guerre froide.

Aujourd’hui, les commandes portent principalement sur des évolutions itératives de modèles entrés en service durant la guerre froide, le Leopard 2A8 allemand et le M1A2 SEPv3 Abrams américain, ainsi que sur le K-2 Black Panther sud-coréen, de conception plus récente, mais appartenant à la même génération.

À plus long terme, français et allemand ont lancé, dès 2015, la conception d’un système de combat terrestre commun de nouvelle génération, baptisé MGCS, se voulant apporter des technologies, et surtout des doctrines d’emploi radicalement nouvelles, entièrement construites autour de l’engagement coopératif et de l’arrivée des drones et systèmes automatisés.

De l’avis même du chef d’état-major de l’Armée de terre française, le général Schill, les technologies nécessaires pour faire le MGCS, ne seront pas suffisamment matures avant 2040, peut-être même au-delà, alors que ce programme, qui devait initialement livrer son premier char en 2035, vise dorénavant une échéance à 2045, voire 2050. Ces délais supplémentaires seraient probablement passés inaperçus, il n’y a de cela que quelques années.

programme MGCS
Le programme MGCS doit permettre de concevoir bien plus qu’un simple remplçant au Leclerc et au Leopard 2.

Aujourd’hui, cependant, la montée en puissance des menaces internationales, et surtout la guerre en Ukraine, ses enseignements et retours d’expériences, et la mise en évidence de la réalité de la menace russe sur l’Europe, font de la modernisation de la flotte de chars occidentaux, une priorité à court et moyen termes, incompatible, donc, avec le calendrier du MGCS.

C’est ainsi qu’une offre, hors des programmes nationaux, apparait depuis peu, portant sur des modèles de chars de combat de génération intermédiaire, destinés à répondre aux besoins de solutions intérimaires entre les flottes de chars héritées de la guerre froide aujourd’hui en service, et la promesse d’un MGCS à échéance 2045 ou 2050.

L’offre de chars de combat de génération intermédiaire s’étoffe rapidement en occident

Cette offre intérimaire est apparue, sur la scène publique, pour la première fois en 2022, à l’occasion du précédent salon Eurosatory, avec la présentation concomitante de l’EMBT de KNDS, essentiellement une nouvelle tourelle développée par Nexter (devenu KNDS France depuis), et le KF-51 Panther de l’allemand Rheinmetall.

Si le modèle français faisait surtout office de démonstrateur technologique, sans réelles ambitions commerciales, ce n’était pas le cas du Panther, qui fut accompagné d’une vaste campagne de communication, y compris politique, pour tenter d’en faire une alternative économique, immédiatement disponible et 100% allemande, au programme MGCS, auquel pourtant, Rheinmetall participe également.

Leopard 2A7HU
Le Leopard 2A7HU est à l’origine du Leopard 2A8 commandé par l’Allemagne, la Norvège et la République tchèque, et sélectionné par les Pays-Bas et la Lituanie.

Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Chars de combat MBT | Allemagne | Analyses Défense

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

6 Commentaires

  1. Comme vous l’ aviez suggèré, cet article m’ a beaucoup intéressè et il est fort instructif.. Il appelle de ma part les questions suivantes:

    Les dissensions et oppositions entre Rheinmetall et KMW sont de l’ histoire ancienne et de notoriètè publique: Rheinmetall aurait voulu mettre la main sur son concurrent allemand au dèces du dirigeant charismatique de celui- ci, la famille contrôlant KMW voulant tout sauf Rheinmetall d’ ou l’ alliance KNDS

    Selon vos sources et votre analyse, quel est le projet réel de KNDS Deutschland: effacer le concurrent français du marché des blindés lourds par absorption et créer un monopole allemand sur le segment, ou essayer d’ adjoindre aux qualités indéniables des Léopard les non moins indéniables qualités du Leclerc issues du savoir faire de l’.industrie française.?

    La famille controlant KNDS Deutschland est elle totalement alignée sur la vision du ministère allemand de la Défense – un client majeur et historique- ou tente t’ elle sincèrement de créé un champion franco- allemand du blindé lourd?

    Je suis quand même dubitatif sur une volonté de cooperation sincère de nos  » amis  » allemands qui ont sabotè tous les projets communs, acheté américain ou israelien et ècartè la France et l’ Italie du projet de Dome de fer européen..

    En même temps, Rheinmetall était tellement détestè chez KNDS Deutschland..

    Quant à la France, on ne peut qu’ être desarçonné en constatant que la modernisation du Leclerc n’ intégre même pas de systèmes Soft kill Hard Kill..

    Les discours de l’ etat- major sur la problématique de l’arme blindée font peur tant ils sont effrayants par leur refus de voir la réalité que dessine le conflit ukrainien

    La France ne dispose plus de blindés pouvant survivre du côté de Kharkiv…

    • Tel que je perçois les choses, il est, en effet, possible que le « Leopard 3 » soit une stratégie de sortie du MGCS à l’allemande. Ceci, quand on regarde l’EMBT présenté conjointement, on voit une réelle stratégie groupe émergée de KNDS, avec deux modèles complémentaires commercialement parlant. Donc je ne pense pas que KMW soit fondamentalement hostile à Nexter, ni à la BITD française. Je pense qu’ils appliquent la même stratégie que MBDA, à savoir accepter de developper des produits similaires pour les deux pays, tout en cherchant à les rendre complémentaires. Ainsi, le RCH-155 n’est pas un concurrent du Caesar, le Boxer n’est pas un concurrent du VBCI, et le Leopard 2A-RC 3.0, n’est pas un véritable concurrent de l’EMBT. Au contraire, chacun a ses spécificités différenciées, et ses entrées sur certains marchés : Europe pour KMW, Moyen-Orient et Asie pour Nexter.
      Même en Allemagne, c’est davantage Scholz et Rheinmetall qui essaient de tacler la BITD française, alors que KMW et Pistorius, sont plus constructifs et intelligents sur ce type de dossiers.

  2. Merci d’avoir pris la peine de répondre à mes interrogations
    En cas d’ apparition miraculeuse d’ une volonté politique en France, combien de temps faudrait pour ‘ industrialiser un char moderne style Embt

    Marc Chassillan , dans le dernier numéro de Raid consacré aux blindés, affirme, si j’ ai bien compris ses propos, que la BITD française dispose de toutes les compétences pour produire rapidement un blindè lourd innovant.

    Qu’ en pensez vous?
    Et quid de la propulsion?
    De l’ hybride pour être plus silencieux et moins dépendant d’ une énergie fossile?
    V

    • Exactement. KNDS a fait le job. Si le Leclerc Evolved reste à l’état de démonstrateur, sans s’exporter, on ne pourra s’en prendre qu’à nous-mêmes. Car le char a tout pour réussir, un super canon, une super tourelle, un concept innovant de gestion cognitive, le moteur MTU de 1500 cv des Leclerc EAU… Il a même ses chances en Europe, avec certaines armées comme la Belgique, la Grèce, la Croatie voire l’Espagne.

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR