La Bundeswehr parie sur une conscription choisie de 6 mois pour atteindre 460 000 soldats

Comme toutes les armées occidentales, la Bundeswehr, qui rassemble les trois armées allemandes, rencontre d’importantes difficultés pour recruter, et même, simplement, pour maintenir ses effectifs de 181 000 militaires d’active et 35 000 réservistes.

Comment, dans ces conditions, Berlin peut-il espérer parvenir à atteindre un format pour ses armées de 460 000 militaires, dont 200 000 d’active, dans les années à venir, pour répondre à ses engagements et obligations opérationnelles au sein de l’OTAN ?

Le dynamique ministre de la Défense, Boris Pistorius, a présenté sa stratégie pour y parvenir. Celle-ci s’appuie sur un retour à une conscription de six mois, mais dans un modèle choisi, comme elle est appliquée par les pays scandinaves, avec succès, depuis plusieurs années.

Avec un budget de la Défense allemand au-delà de 2 % du PIB, la Bundeswehr pourrait bien, dans les années à venir, atteindre un format 45 % plus important que celui des Armées françaises, et ainsi prendre une position largement dominante pour devenir le pivot incontestable de la défense européenne.

La Bundeswehr mise face à ses faiblesses et contraintes par la guerre en Ukraine

Au lendemain du début de l’invasion de l’Ukraine par les Armées russes, le général Alfons Mais, alors inspecteur général de la Bundeswehr, publia un billet sur le réseau social LinkedIn, qui fit l’effet d’une bombe en Allemagne.

Luftwaffe eurofighter Typhoon
En 2019, seule une poignée d’Eurofighter Typhoon de la Luftwaffe, était effectivement apte au combat, du fait des lourdeurs administratives et légales imposées aux armées, et à un budget trop réduit.

Sans circonvolution, l’officier allemand affirmait que l’Armée allemande était nue, et ne pouvait qu’offrir des options très limitées au pouvoir politique, en soutien à l’Ukraine, tant elle manquait de moyens.

Si ces déclarations firent grand bruit outre-Rhin, et furent à l’origine du fameux Zeitenwende d’Olaf Scholz, battit sur une enveloppe de 100 Md€ pour moderniser la Bundeswehr, et sur l’augmentation du budget annuel de celle-ci à 2 % PIB, elle ne surprit nullement les observateurs attentifs des immenses difficultés rencontrées par les opérationnels allemands, ces dernières années.

Qu’il s’agisse d’une disponibilité déplorable des équipements, des contrats d’armement reportés, amputés ou annulés, et des contraintes de plus en plus lourdes, imposées par l’exécutif et le législatif, sur le fonctionnement de la Bundeswehr, l’Armée allemande n’avait, effectivement, plus de capacités opérationnelles, ou presque, depuis plusieurs années.

Dans ce chaos, si le Zeitenwende apportait potentiellement les moyens indispensables pour engager la transformation recherchée, il était nécessaire d’engager une profonde réorganisation des armées, et de leurs effectifs, pour relever le défi efficacement.

C’est la mission que s’est donné Boris Pistorius, depuis qu’il a été nommé ministre de la Défense. Après avoir pris en mais l’application du Zeitenwende, puis avoir remis sur des rails les programmes franco-allemands SCAF et MGCS, le ministre, devenu entre temps la personnalité politique allemande la plus populaire dans le pays, s’attaque désormais au Schwerpunkt, le point le plus difficile : le retour de la conscription dans un pays fortement marqué par 30 années d’un antimilitarisme d’État.

Une Bundeswehr à 460 000 hommes, dont 200 000 d’active, pour répondre aux exigences de l’OTAN

Le problème est, en effet, de taille. Malgré un format particulièrement réduit d’à peine un peu plus de 180 000 militaires d’active aujourd’hui, et une réserve de 35 000 hommes et femmes, la Bundeswehr ne parvient plus, depuis plusieurs années, à renouveler dynamiquement ses effectifs, et se trouve aujourd’hui en déficit de plusieurs milliers de militaires d’active, sur son format théorique.

Bundeswehr
la Bundeswehr ne parvient pas à maintenir ses effectifs, en dépit d’un format bien trop réduit pour répondre aux éxigences de l’OTAN.

Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Allemagne | Actualités Défense | Alliances militaires

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

1 COMMENTAIRE

  1. Je reste toujours extrèmement septique sur la réserve opérationnel….. penser que ca vaut du légionnaire entrainé est au mieux une illusion au pire une escroquerie intellectuelle.

    Le combats est devenu une affaire de pro et c’est pas 200k pieds niclés qui vont apporter une réelle plus value.

    Peut être sur le 3eme rang et encore……c’est de combattants qu’on a besoin ( deux divisions c’est pas fou quand même )

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR