L’industrie Turque pourrait acquérir 50% du motoriste ukrainien Motor Sich

Dans un article du 12 mars, nous prédisions qu’à la suite de la nationalisation du motoriste aéronautique ukrainien Motor Sich décidée par le président Zelensky afin d’empêcher sa prise de contrôle par la société chinoise Skyrizon, Kiev pourrait se rapprocher d’Ankara dans ce domaine. En effet, le déficit d’activité industrielle de l’un correspondait aux besoins dans ce domaine de l’autre, l’industrie aéronautique Défense turque étant autonome dans de nombreux domaines, sauf dans celui de la motorisation, ce qui entrave nombre de ses programmes, aussi bien de drones que d’hélicoptères, d’avions de transport ainsi que le chasseur de nouvelle génération T-FX. Cette hypothèse semble désormais prendre…

Lire l'Article

Paris voudrait proposer le Rafale à l’Ukraine sur un modèle comparable à la Grèce

Depuis plusieurs semaines, et comme il y a deux ans, les observateurs de l’OSCE de l’opération Special Monitoring Mission to Ukraine, ou SMM, ont relevé de très importants mouvements de troupes et de materiels des deux cotés de la ligne de démarcation entre l’Ukraine et la province sécessionniste du Donbass soutenue par Moscou. De très nombreuses violations du cessez-le-feu ont été également observées ces derniers jours dans cette zone, laissant craindre la reprise des combats maintenant que les sols commencent à évacuer le surplus d’eau lié à la fonte des neiges hivernales. C’est dans ce contexte extrêmement tendu que le Président français Emmanuel Macron se…

Lire l'Article

Les nouveaux Hélicoptères de combat turcs T929 Atak 2 auront des turbines ukrainiennes

Comme nous le disions il y a quelques jours, la nationalisation du motoriste ukrainien Motor Sich afin de prévenir le groupe chinois Skyrizon de s’en emparer n’ira pas sans créer de sérieuses inquiétudes dans la région de Zaporizhia, où le groupe emploie la majorité de ses 20.000 collaborateurs. La crainte est forte en effet, que l’éviction du groupe chinois qui avait affiché de grandes ambition notamment en matière d’investissement, ne condamne à terme l’activité de l’ensemble du groupe, qui aujourd’hui peine sérieusement à trouver une activité suffisante pour maintenir les emplois. Dans ce même article, nous émettions deux hypothèses pour justifier la décision du président…

Lire l'Article

L’Ukraine nationalise le motoriste Motor Sich empêchant sa prise de contrôle par la Chine

C’est incontestablement un grand service que vient de rendre l’Ukraine, et son président Volodymyr Zelenskiy, aux Etats-Unis et à l’occident, en décidant de nationaliser le motoriste aéronautique national Motor Sich, pour empêcher que l’entreprise, et ses savoir-faire en matière de moteur d’avions et d’hélicoptères, ne tombent sous sous le contrôle de la société chinoise Skyrizon, et par la même, permettent aux industries aéronautiques chinoises de combler leur retard dans le domaine des turboréacteurs et turbopropulseurs aéronautiques. Ce faisant, le président Zelenskiy expose l’Ukraine à la colère de Pékin, ainsi qu’à d’importants dommages et intérêts, tout du moins si l’on en croit le discours officiel de…

Lire l'Article

La Turquie semble avoir résolu son problème de moteurs de drones

Entre la mise sous sanction d’Ankara par Washington et l’Union européenne en début d’années, et le retrait de l’autorisation d’exportation des moteurs Rotax décidé par le canadien Bombardier, l’industrie aéronautique turque semblait dans une très mauvaise passe, et ce d’autant qu’elle doit répondre à des calendriers de livraisons déjà tendu, tant vis-à-vis des forces armées nationales que de l’exportation. Et même si d’apparence les autorités turques semblent vouloir aplanir les tensions avec Washington et Bruxelles, de nombreux sujets de forte tension perdurent, en Irak par exemple. Toutefois, il se pourrait bien que les industriels turcs aient trouvé une parade dans le domaine des moteurs d’aéronefs.…

Lire l'Article

Volte-face de l’Ukraine contre l’acquisition de Motor Sich par le chinois Skyrizon

En décembre 2019, le groupe ukrainien UkrOboronProm avalisait la session de 50% des parts sociales du motoriste Motor Sich à deux groupes chinois, le groupe Xinwei et le groupe Skyrizon Aircraft, via la société Tianjiao Aviation Industry Investment Co. Pour l’entreprise ukrainienne qui fabrique notamment le turboréacteur D-18 qui propulse les Antonov An-124 et An-225, ou le turboréacteur D-346 qui équipe les Yak-46 et les An-72, il s’agissait d’une bouffée d’oxygène dans un climat économique des plus délétères. Mais pour nombre d’observateurs étrangers, il s’agissait surtout d’une excellente opération pour Pékin, qui peine toujours à s’approprier la technologie très avancée des turboréacteurs modernes. Suite au…

Lire l'Article

L’Ukraine et la Turquie avancent dans leur collaboration industrielle Défense

Il y a quelques jours, nous pointions les difficultés auxquelles étaient confrontées l’industrie de Défense turque après les interventions des forces armées du pays en Syrie, Libye et en Azerbaïdjan, actions ayant entrainé une certaine mise au ban du pays de la part de nombreux acteurs industriels et technologiques de la Défense européenne, américaine, et même russe. Mais il reste un pays pour qui la Turquie pourrait bien s’avérer le partenaire idéal, et vice-versa : l’Ukraine. En effet, L’industrie de Défense ukrainienne reste très active, même si ces dernières années, les exportations ukrainiennes en matière d’équipement de défense se sont clairement effondrées. Elle dispose notamment…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR