Avec le SAMP/T NG, le Mamba devient une bulle de défense multicouche antiaérienne, antibalistique et anti-drones dès 2025.

Lancé en 2021 par Paris et Rome, le Système Antiaérien Moyenne Portée Terrestre de nouvelle génération, ou SAMP/T NG, visait jusqu’à présent à des améliorations significatives du radar et du Module d’engagement du Mamba, afin d’en étendre les performances de détection et de contrôle du système, notamment pour mettre en œuvre le nouveau missile antibalistique Aster 30 Block 1NT.

Il semble, désormais, que la nouvelle génération du système, sera bien plus évoluée qu’initialement annoncée, car elle pourra simultanément poser et contrôler des bulles de protection antibalistique et antiaérienne à longue, moyenne, courte et à très courte portée.

Ce faisant, le SAMP/T NG deviendrait un système de défense multicouche sans équivalent en Europe, et plus largement, en occident, pour assurer une défense intégrée contre un très large éventail de menaces, allant du missile balistique à la roquette d’artillerie, en passant par le planeur hypersonique, le missile de croisière et l’avion de combat.

Le SAMP/T Mamba, un système antiaérien et antimissile qui a fait ses preuves en Ukraine

Conçu par la France et l’Italie, et entré en service en 2008, le SAMP/T Mamba a été le premier système antiaérien à moyenne portée européen. Il se compose d’un module d’Engagement, le cœur du système, accueillant 4 opérateurs, ainsi que d’un radar rotatif PESA Arabel conçu par Thales, et de 4 Modules de lancement, armés chacun de 8 missiles Aster 15 ou Aster 30.

Radar Arabel du SAMP/T Mamba
Le radar PESA Arabel de Thales dy système SAMP/T Mamba

Il permet de poser une bulle de protection de 200 km de rayon autour du radar Arabel contre des cibles de type aéronefs non furtifs évoluant au-dessus de l’horizon électromagnétique, d’une centaine de km contre un chasseur discret comme le Rafale à moyenne altitude, et de quelques dizaines de km contre un avion ou un missile furtif.

Il peut, en outre, être employé contre des menaces balistiques en phase terminale, avec une enveloppe de tir proche de celle du Patriot PAC-3 MSE, mais en disposant d’une plus grande manœuvrabilité. Le Patriot, en revanche, dispose d’un radar plus performant, mais qui ne couvrait que 120° jusqu’ici. Des modules de soutien complètent la batterie, comprenant un groupe électrogène, un atelier mécanique, un atelier électronique et deux modules de rechargement.

Bien qu’ayant démontré une grande efficacité lors des essais et exercices, le SAMP/T Mamba n’a pas rencontré le succès escompté sur la scène internationale. En dehors de la France et de l’Italie, ses concepteurs, il n’a été acquis que par Singapour, il est vrai dithyrambique sur les qualités du Mamba, lorsque interrogé à son sujet.

L’efficacité démontrée de la première batterie Mamba envoyée par l’Italie et la France en Ukraine, ainsi que les performances antibalistiques du missile Aster 30 contre des missiles antinavires Houthis, ont profondément changé l’image du SAMP/T Mamba, sur la scène internationale, de l’aveu même de MBDA.

Nouveaux radars et nouveau système de commandement et de coordination

Comme écrit précédemment, le SAMP/T NG devait, initialement, permettre d’embarquer un nouveau radar de tir pour remplacer le Arabel du Mamba, par le Groud Master 300 de Thales pour la France, et le Kronos de Leonardo pour l’Italie.

SAMP/T NG radar Leonardo Kronos
Les SAMP/T NG italiens emploieront le radar AESA Kronos de Leonardo.

Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Système de défense antiaérienne | Analyses Défense | Armes et missiles hypersoniques

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

All

2 Commentaires

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR