Mettre le programme NGAD au prix du F-35A, l’USAF dévoile son plan pour sauver le chasseur de 6ᵉ génération

Il y a à peine deux semaines de cela, le Chef d’état-major de l’US Air Force, le général Allvin, confirma que le programme NGAD de chasseur de 6ᵉ génération américain, pouvait être menacé par des arbitrages budgétaires, provoquant une onde de choc dans l’ensemble de l’écosystème défense américain.

Plus tard, c’était au tour du Secrétaire à l’Air Force, Frank Kendall, de faire de même, lorsqu’il laissa entendre que des arbitrages difficiles pourraient avoir lieu, sur fonds de hausses des couts de certains programmes stratégiques, comme le bombardier B-21 Raider et le missile ICBM Sentinel.

Depuis ces annonces, de nombreuses voix, militaires comme politiques, se sont élevées outre-atlantique, pour appeler à préserver le programme NGAD, jugé indispensable pour faire face à la menace chinoise dans le Pacifique, mais aussi pour préserver et developper l’industrie aéronautique de défense américaine.

Dans une interview donnée au site Defensenews et publiée le 1ᵉʳ juillet, le SECAF Frank Kendall, a détaillé la manière dont lui-même et l’US Air Force, s’étaient engagés dans une approche de rupture, pour sauver le NGAD sans devoir renoncer aux autres programmes, dans le respect des contraintes budgétaires existantes.

F-35A, B-21, Sentinel, CCA : L’US Air Force a plus de programmes prioritaires que de crédits

La principale contrainte menaçant le programme NGAD étant budgétaire, la solution préconisée par l’US Air Force, va évidemment vers la diminution du prix de l’appareil et de son développement.

B-21 Raider Northrop Grumman US Air Force
Le B-21 Raider est l’un des programmes stratégiques de l’US Air Force qui a vu des couts croitre significativement ces dernières années.

Il faut dire que, comme c’est souvent le cas outre-atlantique, les ambitions technologiques du NGAD sont aujourd’hui telles, que l’appareil avait un prix prévisionnel estimé entre 300 et 400 m$, exprimés en USD 2030, date de son entrée en service.

Comme cela a été le cas pour de nombreux autres programmes, le NGAD visait, jusqu’ici, à devenir l’appareil de combat le plus performant de sa catégorie, et son programme servait simultanément de cadre aux besoins exprimés par l’US Air Force, et de colonne vertébrale pour le développement de certaines nouvelles technologies majeures, comme pour le turboréacteur adaptatif à hautes performances, successeur du F135.

C’est précisément ce à quoi l’US Air Force semble, aujourd’hui, prête à renoncer. Et pour cause ! L’objectif budgétaire avancé par Frank Kendall, lors de cette interview, a de quoi laisser pantois, puisqu’il serait question d’amener le prix du NGAD, premier chasseur de 6ᵉ génération et successeur du F-22 Raptor, au niveau de celui du F-35A, soit autour de 100 m$.

Exclure les programmes de R&D de la conception du programme NGAD pour en réduire les prix et les délais

Parvenir à un tel prix unitaire constituerait, naturellement, non seulement une planche de salut pour le programme lui-même, mais aussi un profond bouleversement dans la stratégique d’acquisition de l’US Air Force en matière de flotte de chasse.

Industrie de défense américaine P&W F-135
Le reacteur qui propulsera le NGAD pourrait bien ne pas être un modèle de nouvelle génération a technologie adaptative, mais un turboreacteur plus classqiue déjà en service.

Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Aviation de chasse | Analyses Défense | Construction aéronautique militaire

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

All

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR