AbramsX, Panther, Black Panther : face à la concurrence émergente, faut-il accélérer le programme MGCS ?

A l’occasion du salon AUSA qui aura lieu du 10 au 12 octobre dans la banlieue de Washington, le constructeur de véhicule blindé General Dynamics Land Systems, anciennement Chrysler et concepteur du célèbre char de combat Abrams et du véhicule blindé Stryker, va présenter une nouvelle génération de véhicules blindés basée sur une propulsion hybride électrique et l’intégration des dernières avancées technologiques dans ce domaine comme les systèmes Hard-Kill et des systèmes de visualisation/commandement/communication de nouvelle génération. Parmi eux, figure le StrykerX, une refonte du véhicule de transport de troupe sous blindage 8×8 équipé de l’ensemble de ces technologies, ainsi que l’AbramsX, un reboot en profondeur du char américain, dont nous avons déjà abordé les principales caractéristiques dans un précédent article. Alors que le salon débute, il semble bien que la stratégie de GDLS calque de plus en plus celle de Rheinmetall autour du KF-51 Panther, puisque l’AbramsX ne sera pas présenté sous la forme d’une maquette, mais d’un char fonctionnel à mi-chemin entre le démonstrateur technologique et le prototype, de sorte à proposer à l’US Army une solution potentielle à relativement court terme et moindres couts pour moderniser son parc de chars de combat.

De toute évidence, GDLS entend ne pas laisser à d’autres acteurs, comme le sud-coréen Hyundai Rotem avec le K2 Black Panther, mais surtout l’allemand Rheinmetall avec le KF-51 Panther, l’opportunité de s’imposer sur le marché mondial, et surtout sur le marché national, par manque d’alternative de la part des industriels américains. En effet, l’US Army a montré par le passé sa capacité à se tourner vers un fournisseur européen voire asiatique pour répondre à des besoins que son industrie n’était pas en mesure de produire, ou dans des délais et à des couts trop élevés. En ce sens, l’AbramsX constitue bel et bien une réponse au Panther allemand, même s’il s’appuie sur certaines technologies plus évoluées que le char allemand, notamment en terme de propulsion. Reste qu’après le T-14 Armata russe présenté en 2015 et qui semble avoir fait de discrets premiers pas opérationnels en Ukraine, le Panther et l’AbramsX semblent bel et bien donner une nouvelle impulsion en matière de modernisation et d’extensions de capacités opérationnelles des chars lourds, avec un objectif de disponibilité avant la fin de cette décennie. Dans ce contexte, le programme de char de combat de nouvelle génération MGCS franco-allemand, dont l’entrée en service n’est pas prévue avant 2035, peut apparaitre en retard de phase vis-à-vis des modèles concurrents, ce d’autant que le K2 Black Panther sud-coréen, plus conventionnel mais disponible immédiatement, pourrait fort bien séduire de nombreux acteurs en demande de solutions rapidement disponibles. Comme souvent, de nombreux facteurs influences une telle problématique, et savoir s’il est nécessaire et pertinent d’accélérer le programme MGCS est beaucoup plus complexe que perçu de prime abord.

Moins évolué que l’AbramsX, le KF-51 de Rheinmetall est cependant plus abouti et, selon son concepteur, prêt à produire à relativement court terme.

Le principal argument en faveur d’une accélération du programme MGCS n’est autre que les besoins importants à court et moyen termes des armées françaises et allemandes en matière de chars et de blindés lourds. En effet, les armées françaises n’aligneront, dans les années à venir, que 200 chars Leclerc, 270 au mieux si l’ensemble des chars en parc pouvant être modernisés l’était effectivement. Il en va de même outre-Rhin, alors que la Bundeswehr ne prévoit d’aligner de 356 Leopard 2 d’ici l’entrée en service du MGCS. Or, l’industrie française n’a plus, aujourd’hui, capacité à produire de nouveaux Leclerc, et les capacités industrielles allemandes pour produire de nouveaux Leopard 2 sont limitées et insuffisamment dimensionnée pour répondre aux besoins à venir en Europe. En outre, les Leclerc MLU et les Leopard 2A7, même s’ils sont encore performants après modernisation, ne proposent pas de capacités de nouvelle génération comparables à celles proposées par, par exemple, le KF-51 Panther de Rheinmetall. C’est précisément pour se positionner sur ce créneau que le groupe allemand a développé en fonds propres son char, et de le presenter non pas comme un démonstrateur mais comme un prototype, de sorte à permettre aux décideurs allemands de prendre une décision rapide et aisée pour répondre à l’urgence opérationnelle.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR